Bookmark and Share

Putain y'en a qu'on rien foutre en t !
par Benoît

Merci à Messieurs Jean-Claude Renaud et Yannick Letranchand, respectivement rédacteur en chef et rédac' (c'est mieux) chef adjoint du journal télévisé de 13 heure de France 2 (en tout cas celui du mercredi 30 Août... heu ...qu'est-ce que tu fous chez toi à regarder la télé à cette heure là ?) pour cette programmation dantesque du susdit jour.

En effet, nous y voyons Laurence "putainlavache" Ostollazza (?) et son faire valoir masculin (un peu comme un Rachid Arab d'été, mais pas pareil) réaliser ce qui restera une des plus grandes interviews de tous les temps : celle du Bernard Menez de l'an 2000 ! (Bernard Menez est employé dans la phrase précédente pour qualifier la personne qui porte ce nom étrange, et non pour servir de qualificatif pour faire du mal à une autre personne).

Madame Caroline Vignal, une réalisatrice qui semble honnête pour avoir réalisé le court-métrage "Roule ma poule" avec Emmanuelle 2vos qui est finalement pas mal comme film pour ceux qui l'ont vu à Clermont-Ferrand, vient de réaliser (c'est son métier, et du coup, elle en fait profiter ceux qu'avaient rien compris avant...) un film de coiffeur : "les Autres filles", un film sur la vie et la découverte de sa sexualité et du monde des adultes comme elle dit, ce qui est un sujet moderne (t'inquiètes, ça va marcher). Et donc, elle a eu l'idée (et des chercheurs balaizes se demanderons encore longtemps "quel est le chemin de certaines pensées bordel ?") que d'aucuns qualifierons de géniale, de prendre le vrai Bernard Menez comme héros ! Dingue !

A croire qu'elle l'a fait exprès pour que des journalistes a peine sorties de Lille pour arriver à Paris (putain le parcours...) se foutent de sa gueule en direct au journal à la télé !

Donc la première question s'adresse à caroline Vignal (retenez ce nom, vos enfants l'étudierons en philo) parce que c'est une fille : "alors, ton film, il est bien ?" et la pouf ! on en voit un extrait drôle. Elle réponds que oui, mais ça a pas été facile, machin... Bon là, c'est com' d'hab. Après la deuxième question, c'est pour le vrai Bernard Menez, et la, ça calme : "vous faites des films minables avec des réalisateurs pourtant balaises (eh, c'est ta faute où quoi ?), vous faites danser la France entière avec jolie poupée, et puis dans les années 90 plus rien ! pourquoi ?"
-"Heu d'abord j'ai été numéro un au hit parade avec la chanson qu'on cause là, et en plus en même temps que Michael Jackson, alors ta gueule ! (et puis je me souviens t'avoir dédicacé le disque dans un supermarché de la banlieue de Lille...)"

Deuxième question " vous faites des films minables avec des réalisateurs pourtant balaises, vous faites films minables avec des réalisateurs pourtant minables et en plus vous avez des rôles minables des fois, et là, vous faites un filme d'auteur : vous n'avez pas l'impression de faire un grand écart ? (aie putain la question qui calme !!!!)

Et paf ! extrait de démo de drague par Bernard Menez en 1973 dans un filme du style "ma mobylette veux pas démarrer". Alors, un peu acculé, il réponds " oui, mais non, parce que je suis un acteur de théâtre". Et bim !, dans les roustons la réponse, que là, elle a l'air bien conne avec son ex-question qui calme. Et puis, j'en passe, mais il en reste une, LA question qui tue : "mais pourquoi Bernard Menez ?"

Réponse de caroline Vignal : "parce que c'est un bon acteur !" : et là, on comprend. On comprend qu'on vient de se faire prendre pour des cons et que messieurs Jean-Claude Renaud et Yannick Letranchand se fendent bien la gueule en régie avec notre pognon de la redevance (que personne de moins de trente ans ne paye) qu'on paye (ou pas, donc) et qu'ils viennent de donner un os qui pête à leurs deux journalistes préférés de l'été qui vont aller bronzer plus tard, parce qu'ils ont bien travaillé depuis juillet, et qu'ils l'ont bien mérité.

Voilà. "les Autres filles" ça s'appelle, ça fait rire le gars de Télérama, ça fait rire la rédaction de France 2, ça fait jouer les journalistes, et ça fait jouer Bernard Menez, et rien que pour tout ça, on y ira.

Merci caroline Vignal, vous êtes une femme Barbara Gould.

et toi lecteur, tu as mérité ton petit cadeau en pièce jointe.

bise.


News | Labels | Sélection | Dossiers | Chroniques | Photos | Sons/MP3 | Netradio |Sommaire | Contact
C in a circle SoitDitEnPassantEntertainmentWorldwide company.